CREATION EN COURS / PAGE EN CONSTRUCTION
   

THEATRE :
Spectacle éloge, hommage à ceux qui souffrent et sont contraint de fuir leur pays; à ceux qui marchent et parfois trouvent des raisons d'espérer...

Spectacle pour rencontrer et chercher à comprendre l'autre. Tenter modestement, en dépit des peurs et des jugements populistes, de célébrer les rapports humains et d' embellir le monde.

Texte & Mise en scène : Jean-Luc PERIGNAC

Comédiens : Priscilia Boussiquet, Jean-Michel Guindet,
Thierry Patarin

Lumière : Grégory PHILIPPE
Costumes : Florence LAFORGE
Maquillage : Diane RAIMBAULT

Arrangements musicaux et direction vocale:
Priscilia  BOUSSIQUET

DOSSIER COMPLET EN PDF à télécharger

SUIVEZ LES NEWS DE LA NOUVELLE CREATION

 
 
 
 
 

En préambule:
Il s'agit bien encore et toujours de laisser nos élans questionnements révoltes, fleurir notre cheminement artistique.

Genèse:
Entre deux répétitions de " Bout de la rue Saint-Pierre ", échange avec les comédiens autour des nouvelles du monde... Guerre et exil, des êtres qui se noient, d'autres qui marchent dans la nuit, et puis à l'arrivée...
Je cherche comment dire, comment écrire l'étincelle au milieu des ténèbres. Lis " Travaux " de " Georges Navel " , le voyage d'un homme louant de lieu en lieu sa force de travail; ses mots pour dire les terres et les fraternités... L'image de l'ange aussi dans " Les ailes du désir ".
Priscie cultive récolte des chants, des refrains d' hommes.
Titi et Jean-mi souhaitent une danse de vie, au delà des horreurs; ode à la terre et à l' humanité.
L'histoire se tisse ainsi...

Contenu:
Même si les événements récents évidemment nous inspirent, il ne s'agit pas de simplement coller à l'actualité mais de réfléchir autour de cette question centrale : " Comment se reconstruire et recontacter ses racines, lorsqu'on est contraint de fuir son pays ".

Nous situerons donc notre création dans un contexte historique et géographique élargi, fouillerons le cours de l'histoire et des différentes diasporas.
Le personnage d' Alia étant alors en résonance avec toutes les victimes d'extrémismes religieux; celui de Milos avec tous les êtres plongés dans les ténèbres des guerres (civil ou autre).
Même si ce spectacle se veut témoignage des souffrances endurés par les réfugiés, nous mettrons en exergue également la possibilité d'un avenir possible, espace du rêve ...
Chercher-trouver des raisons d'espérer...
Au cœur du propos donc, la rencontre de deux réfugiés (Alia et Milos) avec un journalier, un être en marche ( Pierre ). Ce petit fils d'un réfugié espagnol va les accueillir les recueillir les écouter; aider ces deux êtres fauchés-brisés par les fêlures de l'histoire à se retrouver, se reconstruire. Les aider à se dire...
Il s'agit bien en effet d'arriver à nommer à se nommer, afin de retrouver le goût des autres ( le sien aussi... ), et se remettre en route.

La forme:
Textes et chants entremêlés, se nourrissant se fécondant, tissant l' histoire...
Lumières costumes et maquillages au service de ce qui se joue; présence et discrétion.
Chants choisis pour leurs valeurs symboliques et universelles.
Jeu naissant " de " et " entre " les personnages, avant d'éclairer les spectateurs. Accompagner les comédiens jusque dans leurs profonds. Laisser le temps et les silences faire traces, faire œuvre.
Tout est à vivre, tout est à réinventer.